Le mutisme du Parlement européen sur la Tunisie

Par

Les deux principaux groupes au Parlement européen, le PPE (droite) et le PSE (socialiste), ont refusé cette semaine le vote d'une résolution sur la révolution tunisienne, dans la droite ligne des accords d'association signés avec le régime de Ben Ali.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

La scène a eu lieu lundi soir, à Strasbourg. Les députés européens sont réunis pour une session plénière, trois jours seulement après la chute de Ben Ali. Le président du Parlement, le conservateur polonais Jerzy Buzek, demande une minute de silence pour les victimes de la répression en Tunisie. Il propose le concours de l'Union européenne pour l'organisation d'élections libres. Mais les Verts de Daniel Cohn-Bendit et la Gauche européenne du PCF veulent un débat pour voter une résolution de soutien au peuple tunisien.

«Dans une curieuse ambiance où se mêlaient gêne et confusion», selon le communiste Patrick Le Hyaric, la majorité des députés refusent, soutenus par les deux principaux groupes représentés dans l'hémicycle, le Parti populaire européen (PPE), dont est notamment membre l'UMP, et le Parti socialiste européen (PSE), auquel appartient le Parti socialiste de Martine Aubry. Depuis, la vidéo de l'intervention de Daniel Cohn-Bendit a fait le tour de la Toile, y compris en Tunisie, où les dénonciations de la politique étrangère de la France et de l'Union européenne font fureur (voir notamment le «mur de la honte» sur Facebook).

«J'aurais aimé que ce Parlement soit à la hauteur de la fierté des Tunisiens qui ont su abattre le dictateur. Le dictateur est tombé mais la dictature existe toujours. La majorité de ce Parlement a soutenu depuis des années le dictateur», a dénoncé Cohn-Bendit à Strasbourg, confondant au passage la ville de Sidi Bouzid d'où sont parties les manifestations massives et Mohamed Bouazizi, le jeune homme qui s'y est immolé le 17 décembre dernier. Joint par téléphone, le député vert enfonce le clou: «Cela fait des années que c'est comme ça. On a déposé des dizaines de demandes et le PSE et le PPE ont toujours refusé. Ils considéraient que Ben Ali était un rempart contre l'islamisme.»

Pour s'en convaincre, il suffit de regarder le débat organisé l'an dernier au Parlement sur l'octroi du statut avancé en termes de coopération entre l'Union européenne et la Tunisie: on y voit par exemple la commissaire Neelie Kroes louer un «partenaire proche et fiable», notamment en matière de «sécurité» et «d'immigration», et la croissance économique, malgré des «lacunes» en matière de respect de la liberté d'expression.

Le député belge, et ancien commissaire européen, Louis Michel ou le Français Dominique Baudis (UMP) sont encore plus radicaux, le premier insistant notamment sur les droits des femmes et le second lâchant que «bien des pays pourraient envier de tels résultats». La Tunisie est le premier pays du sud de la Méditerranée à avoir signé un accord d'association avec l'UE en 1995, en vue d'établir une zone de libre-échange entre les deux parties.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale