L’environnement aux mains des climatosceptiques américains

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (Etats-Unis), de notre correspondant.-  Ronnie Levin traquait depuis trente-sept ans les pollutions au plomb dans les peintures, les canalisations, l’eau potable. Pendant ses années à l’EPA, l’agence de protection de l’environnement américaine, la scientifique a tout connu : les progrès de la régulation, des administrations plus ou moins volontaristes et les catastrophes sanitaires comme à Flint, cette ville du Michigan où l’eau dans les robinets est devenue toxique.