L’environnement aux mains des climatosceptiques américains

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Ce qui est scandaleux c'est que tous les responsables politiques sont justement ceux qui profitent au maximum de ce système destructeur

C'est faux, les plus grands profiteurs sont exclusivement des entreprises et les systèmes boursiers, dans la longue liste des profiteurs du système, les politiques arrivent loin des plus profiteurs... soit dit en passant chacun de nous est sur cette liste à un niveau ou à un autre !

Vous avez tout à fait raison. On dit Trump fou, alors qu'il est seulement cohérent dans son discours. Chez nous, le PS par exemple, on se déclare écologiste et solidaire mais on est en faveur de l'aéroport de NDDL, un projet destructeur de l'environnement. Mais vous pouvez être en contradiction avec vous-même, vous ne serez jamais taxé de fou.

Excellent.

Et les créationnistes sont-ils désormais chargés de piloter les programmes scolaires ?

Je me demande ce que ce brave Emmanuel Todd pense de tout cela, lui qui encensait encore Trump l'année dernière – tout en concédant du bout des lèvres que le personnage avait ses côtés négatifs.

Vous avez les références? j'aimerais aller voir ça...

D'un autre coté, il faut saluer son abnégation.
Arriver au pouvoir suppose de dire le contraire du remplacé, mais quand même, se passer du RCA, c'était un pari risqué.
Trump est indispensable, pour qu'on puisse ne rien faire, et ne pas trop culpabiliser, tout en étant convaincu de l'urgence, il fallait bien que quelqu'un proclame, qu'il ne faut rien faire, en niant le problème.
Sans "débat", le catéchisme serait d'un ennui !
On ne peut être convaincu et surtout en accepter les conséquences pénibles pour les plus pauvres, qu'en présence du contre exemple.
Sans diable, pas de Dieu incontestable, et tout se complique.
Sans Trump, tous ceux qui font carrière dans l'impuissance véhémente, n'auraient que ceux qui n'ont jamais eu la moindre responsabilité à stipendier. 
Avec lui, le culpabilisme a un objet discernable. 
Sans vilain petit canard, on ne distinguerait pas la splendeur de notre politicaillerie.

"Trump est indispensable, pour qu'on puisse ne rien faire, et ne pas trop culpabiliser, tout en étant convaincu de l'urgence, il fallait bien que quelqu'un proclame, qu'il ne faut rien faire, en niant le problème."

cet aphorisme "grand cru Thevenon" -on en connaît d'autres,de remarquables - résume la marche (?!!) de notre monde formidable...ment assujetti à celle du plus beau boulet qu'il ait jamais traîné.

Le pire? on n'y peut rien, de chez RIEN. Même notre envoyé spécial au Trumpistan (M.  Magnaudeix, mes respects les plus sincères!) n'a pas d'autre choix que de botter en touche d'un air nonchalant. Alors songez aux dizaines de millions d'Américains qui ont la honte, au pur sens du terme!

Nous à côté – enfin moi… au 2eme tour, bon ça va hein les potos !?- on joue sur un velours qui va nous mener tout droit à un.e zigue surgi.e de nulle part en 2022. Parce que le pire du pire, c’est qu’on ait pas encore tout capté !

 

Personne pour saisir cette perche ?

. . On ne lit ou ne relit jamais assez nos philosophes contemporains (n'en déplaise à Manu qui les méprise du haut sa chaire à l'exception de Paul Ricoeur et plus encore . . de Walt Disney) :
 
Just as monstrous and mutant algae invade the lagoon of Venice, so our television screens are populated, saturated, by ‘degenerate’ images and statements. In the field of social ecology, men like Donald Trump are permitted to proliferate freely, like another species of algae, taking over entire districts of New York and Atlantic City; he ‘redevelops’ by raising rents, thereby driving out tens of thousands of poor families, most of whom are condemned to homelessness, becoming the equivalent of the dead fish of environmental ecology.
- Félix GuattariThree Ecologies, 1989.
 
 
De même que les algues mutantes et monstrueuses envahissent la lagune de Venise, de même les écrans de télévision sont saturés d’une population d’images et d’énoncés "dégénérés". Une autre espèce d’algue relevant, cette fois, de l’écologie sociale consiste en cette liberté de prolifération qui est laissée à des hommes comme Donald Trump qui s’empare de quartiers entiers de New York, d’Atlantic City, etc. pour les "rénover", en augmentant les loyers et refouler, par la même occasion, des dizaines de milliers de familles pauvres, dont la plupart sont condamnées à devenir "homeless", l’équivalent ici des poissons morts de l’écologie environnementale.
- Félix Guattari, Trois Ecologies, 1989.

Trump et sa clique seront encore de plus grands génocidaires que tous les Hitler et Staline, sans mėme avoir à organiser des camps de la mort. La mort viendra par le feu, le froid, les inondations, les ouragans, mais ils ne se diront jamais responsables. 

Il est devenu vital pour l'humanité que quelqu'uns se sacrifient pour stopper ses assassins !

Yen a des bons ce soir, ça vaut le coup !

Vite, vite, où peut on acheter un trumpicide? P'tet ben chez Kim?

Fruits rouges : Contes inspirés des traditions amérindiennes d'Amérique du Nord (1CD audio) par Hindenoch  ... " De tes pieds nus sur cette terre que mes frères ont appelé leur Nouveau Monde, c’est toi qui autrefois a ouvert les premiers chemins. Homme à la peau de cuivre, dont le visage est à lui seul un hommage au soleil couchant, je te salue, Homme Rouge ! "   ...  ...
                Il doit manquer un POINT, le dernier ... Et sans doutes le dernier,  pour bien bien longtemps ...

L'objectif principal, depuis l'autodestruction de la pieuvre soviétique, étant de détruire le dernier impérialisme, tout ce que fait Trump est excellent. Plus les USA se transformeront en un enfer raciste, sexiste, oppressif et pollué balayé par les catastrophes naturelles et plus leurs capacités à régenter le monde et à dicter leurs conditions à 90% de l'humanité non-US seront affaiblies. Et plus les contradictions internes aux USA les rapprocheront de l'épuisement du système économique qu'elles imposent au monde. Il ne s'agit pas de glorifier la politique du pire, mais d'abord d'enlever nos lunettes roses d'admirateurs béats de l'hyper-puissance et de notre attente du salut par le saint progrès venant de l'autre coté de l'Atlantique. Et comprendre que cela ne se fera pas sans terribles et tragiques secousses. Comment s'y préparer? 

Vous reprenez là la logique du pacte Molotov-Ribentropp dont les conséquences furent désastreuses. Trump porte certes un grave coup aux USA et accèlère l'émergence du nouvel ordre chinois mais il ne faut pas sous-estimer les capacités extraordinaires du peuple américain dont l'histoire a toujours alterné les avancées et les reculades. Dans un excellent article repris cette semaine par le courrier international, Omar El Akkad rappelle que les lois ségrégationistes ont suivi l'abolition de l'esclavage et que l'armement des blancs américains et la fétichisation du 2ème amendement se sont développés après la loi des droits civiques en 1964*. Nous assistons actuellement à la réaction de l'Amérique blanche à l'élection du premier président noir.

* A l'époque beaucoup d'états du sud raciste étaient démocrates et Johnson le Texan, dont le courage politique a été extraordinaire, avait prédit que son état et ceux qui l'entourent étaient perdus pour le parti démocrate pendant une génération. Il avait vu très juste mais souss-estimé la durée.

Le nouvel ordre chinois bascule beaucoup plus vite vers les énergies renouvelables que la plupart des pays développés, et leurs deux EPR ne sont qu'une goutte d'eau dans leur programme énergétique. Le système coercitif chinois a les moyens d'aller contre la volonté du peuple s'il le juge nécessaire à sa pérennité (ex. le contrôle des naissances), et s'il juge que le changement climatique peut affecter cette pérennité, il ne se gênera pas pour changer son fusil d'épaule. Mais comme tout ce que pourrait faire la Chine ne servirait à rien si les USA faisait le contraire...   Les Chinois s'inscrivent sur le très long terme d'une civilisation, contrairement aux américains qui ne fonctionnent qu'au présent de la bourse !  cry 

N.B. Je n'ai aucune sympathie envers le régime chinois.

Attendons la fin le plus confortablement possible.

  • Nouveau
  • 21/01/2018 15:28
  • Par

L'ivresse du pouvoir et de l'argent inhibe les mécanismes sociaux qui contribuent à la conservation de l'espèce. Il en est de même des chefs mafieux dont la conduite n'est pas de nature à assurer une longévité tranquille ni même l'assurance de se reproduire puisque les guerres entre clans conduisent à l'extermination de familles entières.

A la limite ils ne sont peut être pas climatoseptiques mais se disent que si la fin du monde approche autant s'éclater.

Lecture utile "Le manuel de transition" de Rob Hopkins, fondateur du mouvement Villes en transition.

 

"Trump et sa clique de richissimes auront toujours les moyens de s'en sortir" affirme l'un des contributeurs au débat. S'ils le croient encore, ils sont stupides. Il n'y a pas que le climat, mais aussi les pollutions chimiques et radioactives auxquels personne n'échappe.

Si, au contraire, "A la limite ils ne sont peut être pas climatoseptiques mais se disent que si la fin du monde approche autant s'éclater", ce sont des criminels en costume-cravate, bien plus dangereux que la mafia traditionnelle. Les Trump et compagnie disposent de la police, de l'armée et de l'appareil judiciaire alors que la mafia n'a "que" ses tueurs à gage. cry

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale