A Berlin, un sommet de vœux pieux pour la Libye

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était il y a bientôt deux ans, en mai 2018. À Paris, le président français Emmanuel Macron s’enorgueillissait de réussir à rassembler pour la première fois les acteurs principaux du conflit en Libye sous l’égide des Nations unies et en présence d’une vingtaine de pays habitués à tirer les ficelles, chacun dans son coin, selon leurs intérêts dans la région.