Le conflit israélo-palestinien est le grand oublié de la diplomatie française

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Emmanuel Macron l’a rapidement glissé aux journalistes, le 15 janvier, en marge de ses vœux à la presse : il ne se rend pas en Israël et dans les territoires palestiniens, les 22 au 23 janvier, dans le but de proposer un énième plan de paix, mais afin de faire peser la France de tout son poids dans la résolution du conflit qui mine le Moyen-Orient, sur la base de la solution à deux États, avec Jérusalem comme capitale commune. Solution que sa diplomatie invoque depuis des années comme un mantra.