Pérou: L'ex-président Kuczynski placé en détention dans l'attente de son procès

Par
Un juge péruvien a ordonné vendredi le placement en détention préventive de l'ancien président Pedro Pablo Kuczynski dans l'attente de son procès pour corruption, deux jours après que l'ex-président Alan Garcia s'est suicidé pour échapper à une arrestation dans le cadre d'une enquête pour corruption.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

LIMA (Reuters) - Un juge péruvien a ordonné vendredi le placement en détention préventive de l'ancien président Pedro Pablo Kuczynski dans l'attente de son procès pour corruption, deux jours après que l'ex-président Alan Garcia s'est suicidé pour échapper à une arrestation dans le cadre d'une enquête pour corruption.

Pedro Pablo Kuczynski, qui a démissionné de la présidence en mars 2018, quelques mois après qu'un scandale de corruption a éclaté, est accusé d'avoir reçu des pots-de-vin du groupe brésilien Odebrecht.

Ancien banquier de Wall Street, aujourd'hui âgé de 80 ans, l'ancien chef d'Etat nie toute malversation.

Suite au suicide d'Alan Garcia, qui était lui aussi soupçonné d'avoir reçu de l'argent du groupe Odebrecht, l'avocat de Kuczynski a demandé au parquet d'envisager plutôt le placement de son client en résidence surveillée, pour des raisons de santé notamment.

Mais le procureur Jose Domingo Perez a estimé que les problèmes cardiaques de Kuczynski pouvaient être traités sans problème en prison, et le juge Jorge Chavez a approuvé la demande de placer l'ancien président en détention pour une période pouvant aller jusqu'à 36 mois.

La loi péruvienne autorise le placement en détention préventive pendant trois ans d'un suspect considéré comme capable de fuir, vraisemblablement coupable ou capable de faire obstruction à la justice.

Odebrecht a admis fin 2016 avoir versé près de 30 millions de dollars de pots-de-vin à des politiciens péruviens, dans le cadre d'un vaste système de corruption qui impliquerait notamment les quatre précédents présidents du Pérou et un dirigeant de l'opposition.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale