L’Union européenne est désarmée face aux dérives autocratiques

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un soutien explicite au peuple biélorusse et un train de sanctions contre « un nombre substantiel d’individus » appartenant au régime contesté d’Alexandre Loukachenko. Voilà ce qui est ressorti du sommet européen tenu ce mercredi 19 août entre les chefs d’État et de gouvernement des 27 pays de l’UE. Le terrain avait été préparé dès la semaine dernière par leurs ministres des affaires étrangères, en réaction à la violente répression dont font l’objet les Biélorusses au cœur d’une protestation inédite contre le pouvoir qui les gouverne depuis vingt-six ans.