Sanctions US contre la Chine pour l'achat d'armes russes

Par
L'administration Trump a imposé jeudi des sanctions à l'encontre d'un organisme militaire chinois pour avoir acheté des avions de combat à la Russie, en violation d'une loi américaine sur des sanctions adoptées contre Moscou du fait de son ingérence dans les élections américaines de 2016.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

WASHINGTON (Reuters) - L'administration Trump a imposé jeudi des sanctions à l'encontre d'un organisme militaire chinois pour avoir acheté des avions de combat à la Russie, en violation d'une loi américaine sur des sanctions adoptées contre Moscou du fait de son ingérence dans les élections américaines de 2016.

Des responsables du département d'Etat américain ont déclaré qu'ils allaient sans attendre imposer des sanctions contre le Département de développement des équipements, organisme chinois qui supervise les technologies militaires, ainsi que contre son directeur, Li Shangfu, pour avoir passé des "transactions importantes" avec Rosoboronexport, le principal exportateur russe d'armements.

Le département d'Etat reproche aux Chinois l'achat de dix chasseurs russes Soukhoï-35 en 2017 et de missiles sol-air russes S-400 cette année.

En vertu de ces sanctions, l'agence chinoise et son directeur ne pourront plus demander de licences d'exportation et s'intégrer au système financier américain. Ils sont ajoutés à la liste du département du Trésor des entités avec lesquelles les Américains ne peuvent faire de transactions.

L'administration Trump a en outre inscrit à sa liste noire 33 personnes et entités supplémentaires, liées à l'armée et aux services de renseignement russes. Cette liste découlant d'une loi de 2017, appelée CAATSA (pour Countering America's Adversaries Through Sanctions Act), comporte désormais 72 noms.

Certaines des personnes ajoutées à la liste ont été inculpées en lien avec l'ingérence russe dans les élections américaines de 2016, a déclaré un responsable du département d'Etat.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale