Syrie, Liban: l'impasse palestinienne

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un après-midi au camp palestinien de Chatila, au sud de Beyrouth. Quatre enfants jouent sur le tapis du « salon », une petite pièce de quelques mètres carrés où dorment les parents Maher et Warda. « Notre camp était constamment bombardé par le régime. Nous ne pouvions plus rester en Syrie », expliquent-ils. « Là-bas, je pouvais être arrêté à tout moment et disparaître », assure Maher, le père, âgé de 36 ans. Il y a quatre ans, la balle perdue qui a atteint leur petit garçon au cours d’affrontements à l’intérieur du camp entre forces pro et anti-régime les a décidés à plier bagages.