Avec ou sans Lula, le Parti des travailleurs peine à se renouveler

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil).– Une altercation, un festival de trahisons, les larmes du président du perchoir au moment de quitter son poste et une fête de 300 personnes sans masques célébrant la victoire des deux alliés de Jair Bolsonaro ont conclu, le 1er février, une saga électorale de plusieurs mois. « Les élections des présidents de la Chambre des députés et du Sénat étaient cette année particulièrement importantes, une sorte de continuation des municipales de novembre. Les équilibres politiques ont été modifiés et les oppositions vont maintenant se réorganiser », assure Josué Medeiros, professeur à l’université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).