Camille Schmoll: «Les femmes ont été effacées de l’histoire des migrations»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les femmes représentent 51 % des migrants internationaux en Europe et autour de 20 % des arrivées maritimes en Europe méridionale. Parmi les personnes secourues par l’Ocean Viking lors des deux rotations du navire humanitaire début 2021, 11 % étaient des femmes. Entre trajectoires diverses, violences physiques et sexuelles durant le parcours migratoire et violence des politiques migratoires en Europe, Camille Schmoll, enseignante-chercheuse à l’université Paris-Diderot et membre du Groupe international d’experts sur les migrations (Giem), autrice de Les damnées de la mer – femmes et frontières en Méditerranée (La Découverte, 2020), analyse les migrations féminines et revient sur l’importance de « féminiser le regard des chercheurs » en la matière.