Secret bancaire : le grand bond en avant de l'Union européenne

Par

Après des années de résistance acharnée, le Luxembourg et l'Autriche ont accepté de renoncer à leur secret bancaire. Une nette victoire dans le cadre de la lutte contre la fraude fiscale. Mais il reste bien des combats à mener.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À la fin d’un long combat, la victoire. Jeudi 20 mars au soir, le Luxembourg et l’Autriche ont accepté que le secret bancaire disparaisse au sein de l’Union européenne. Alors que ces deux pays y mettent leur veto depuis des années, l’échange automatique d’informations fiscales entre les États membres va devenir une réalité partout dans l’UE : lorsqu’un Français détenteur d’un compte au Luxembourg ou en Autriche y touchera des intérêts, le fisc hexagonal en sera automatiquement informé. Et c’est un énorme pas en avant. « Le secret bancaire est sur le point de mourir », s’est félicité Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen. « L'Europe peut être fière de son leadership en faveur d’un système financier plus transparent », a réagi Natalia Alonso, directrice du bureau d'Oxfam auprès de l’Union européenne.