Elections en Afrique: la France toujours à la traîne de l’Histoire

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dimanche 20 mars était un jour d’élections en Afrique, second tour au Bénin et au Niger, premier au Congo-Brazzaville. Avec des réalités très diverses selon les pays, l’implication de l’ancienne puissance coloniale a une fois de plus été au cœur des préoccupations des votants. Au Bénin, où Patrice Talon devrait s’imposer largement, l’éventualité même de l’élection du Franco-Béninois Lionel Zinsou, intime de Laurent Fabius, laissait présager des troubles politiques. Au Niger, la présence de bases militaires françaises a aussi joué un rôle dans les débats d’une drôle d’élection où le principal opposant a fait campagne en prison où il était retenu pour une affaire inextricable de trafics d’enfants. Une omniprésence de la France – ressentie notamment dans les slogans et débats houleux durant les élections – qui jure avec une désertion du champ politique et diplomatique. Paradoxalement, alors que c’est au Congo-Brazzaville que la France a le plus fort passif interventionniste, c’est dans ce pays que le silence de Paris a été le plus assourdissant. Déjà, lors de la modification de la Constitution en novembre 2015, la ligne française semblait insaisissable.