Soudan: les vrais enjeux d'une élection contestée

Par
Alors que le résultat officiel se fait attendre, Omar el-Béchir semble avoir remporté les élections sur fond de soupçon de fraude. Pourtant, le processus électoral au Soudan offre de nombreux enseignements sur le futur d'un Etat qui s'apprête à accoucher d'un autre, le Sud-Soudan indépendant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un résultat qui se fait attendre, des images de bourrage des urnes qui circulent sur internet, des opposants qui crient à la fraude, des observateurs internationaux embarrassés, un Président accusé de crimes contre l'humanité crédité d'un score partiel (94%) frôlant le plébiscite... Le tableau est complet pour qualifier les récentes élections au Soudan d'objectivement ratées, ce qui est d'autant plus dommage qu'elles étaient les premières élections libres depuis 25 ans. La presse occidentale ne s'est d'ailleurs pas privée de dénoncer cette «mascarade», appuyée en cela par des représentants d'organisation humanitaire (voir la contribution de MSF dans le club de Mediapart). Ainsi, dans son bloc-notes du Point, Bernard-Henri Lévy a condamné un processus électoral ayant légitimé un pouvoir qu'il qualifie de «génocidaire» en référence au Darfour.