En Israël, Valls veut réparer des relations délabrées

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le premier ministre français Manuel Valls, qui vient d'arriver (samedi 21 mai dans la soirée) à Tel Aviv pour une visite de quatre jours en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés avec la mission de réparer des relations franco-israéliennes délabrées, va trouver un gouvernement israélien en proie à une tempête politique majeure. À la recherche depuis longtemps d’alliés pour renforcer sa coalition parlementaire, qui ne dispose que d’une seule voix de majorité à la Knesset (61 députés sur 120), son homologue israélien, Benjamin Netanyahou, avait d’abord entamé des travaux d’approche avec le chef du Parti travailliste Isaac Herzog, fort des 24 députés de son alliance électorale l’Union centriste.