Exportations d'armes: des contrats français plus transparents mais aussi de grosses zones d'ombres

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Canons à vendre», chantait Boris Vian. Allegro fortissimo, depuis son élection, le président Sarkozy claironne que la relance des exportations d'armement est devenue une «priorité» nationale. A quel prix, alors que la France est déjà au quatrième rang mondial, demandent les défenseurs des droits de l'Homme ?
On se souvient des contrats promis avec la Libye au moment où étaient libérées les infirmières bulgares. Puis de la visite à grand spectacle du colonel Khadafi à Paris. On se rappelle aussi les déplacements présidentiels, façon grand commis voyageur, en Afrique du Nord ou au Moyen-Orient. Par exemple en Arabie saoudite, premier client de la France des armements, où Nicolas Sarkozy a soutenu, début 2008, des contrats portant notamment sur des systèmes de sécurité aux frontières.