À Paris, la nasse se referme sur les Tunisiens de Lampedusa

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Et dire que la Tunisie était un protectorat Français jusqu'en 1956 ...

 

Vous proposez que la Tunisie le redevienne?

 

Il n'y a pas de solution. La générosité en encouragerait d'autres à venir, jusqu'à atteindre la saturation (déjà atteinte?). D'un autre côté, c'est inhumain - à la limite de la non assistance à personne en danger.

 

Inextricable, à tel point que jeter le blame sur les politiques n'a aucun sens. A moins que vous n'ayiez une solution qui a échappé à tout le monde?

 

Hmmm... Exproprier le restaurateur qui embauche à 15€ par jour et mettre l'établissement à disposition comme hébergement temporaire. Lui faire payer l'aide au retour. Pas une solution suffisante, mais au moins, ça soulage.

à Donovan

oui, une solution serait de consacrer les sommes investies dans nos engagements militaires impérialistes à assurer le minimum vital (toit, nourriture, soins) à ceux qui sont chassés par la guerre (le cas d'un de ces Tunisiens) et la misère. Mais j'oubliais que les usines à munitions donnent de l'emploi.

@ donovan 9830

 

"Vous proposez que la Tunisie le redevienne?"

ça ne m'a jamais traversé l'esprit. Je voulais juste dire qu'on a un passé culturel, une histoire en commun.

 

"à la limite de la non assistance à personne en danger"

Je crois que nous n'avons pas le même sens des limites.

 

"La générosité en encouragerait d'autres à venir, jusqu'à atteindre la saturation (déjà atteinte?)"

ça reste à démontrer

Organiser un débat! Vous croyez vraiment que depuis les dizaines d'années que le problème se pose on trouvera une formule qui ne tombe pas soit dans la logique appel d'air (préoccupation légitime), soit dans l'insuffisance?

 

 

Je crois que nous n'avons pas le même sens des limites.

 

D'accord. Mettons-les chez MAM. Mais comme vous avez un sens très développé des limites, vous proposerez bien d'en héberger quelques-uns aussi?

 

Pour ma part, je l'ai déjà fait.

 

ça reste à démontrer

 

Le simple fait qu'ils soient là le démontre. Ils ont cru que parce que d'autres avant eux ont été accueillis, ils le seront aussi. Sauf qu'aujourd'hui, malgré 60% du PIB dépensé par l'Etat, il n'y a plus assez de budget pour rien (justice, éducation, santé, retraites... ) et 30% des Français sont soit chômeurs soit précaires.

 

Ah oui, le budget défense. Remarquez, il est tellement ridicule, on peut peut-être se passer du peu qu'il reste.

Pour la proposition de débat, vous m'avez retourné deux des arguments qui permettent aux politiques de ne pas faire de débat. Encore une fois, quand je parle de débat, ce n'est pas un débat politique, mais un débat d'humanitaire. C'est à dire, des professionnels de ces questions, qui savent de quoi il parle et qui ne cherche pas à faire gonfler la peur pour faire gonfler leurs pourcentages.

Personnellement je n'ai pas la moindre idée de ce qu'il faut faire. Mais pour le logement on pourrait, par exemple, réquisitionner tout immeuble non utilisé depuis 2 ans, ou 3 ans... en mettre un certain nombre à la disposition des associations et le reste aux étudiants et aux pauvres dont les rangs ne cessent de gonfler. (on pourrait par exemple mettre un loyer au pourcentage de ce que le futur locataire gagne. Ca ferait chuter les prix de l'immobilier où la pression est tellement forte que les prix ont explosé en quelques années).

Des solutions sont possibles. "There is no alternative" est synonyme de pensée unique et la pensée unique, c'est la dictature.

@ donovan

 

Ne prenez pas la mouche. Si vous l'avez déja fait ça vous honore.

 

Mais c'est quand même sidérant qu'au sein de la 5ème économie du monde il n'y ait pas un rond pour aider 100 migrands tunisiens, non?

 

@chinaski et Guillaume Indart:

 

Il y a 600 000 SDF en France! On fait passer les tunisiens devant pourquoi? Parce qu'ils passent au 20H.

Interdire la non exploitation de surfaces habitables sous peine de forte amende. Pour moi l'argument de l'UMP qui consiste à dire que cela irait à l'encontre du droit à la propriété privée suggère une forte allégeance aux institutions financières. Surtout lorsque l'Etat s'octroie le droit d'exproprier pour construire autoroutes, centrales nucléaires, et que sait-je encore.

 

Mais de là à faire passer les migrants tunisiens illégaux qui viennent d'arriver devant les centaines de milliers (millions!) de mal logés et SDF français relève de la niaiserie sentimentaliste, sans parler de profonde injustice à l'égard de ceux qui galèrent ici depuis des années!! (Même pas seulement français d'ailleurs!)

Mais nous avons de la France, une trop haute idée de sa générosité, de plus, avec cette droite décomplexée, ces visites chez le pape, les discours du Puy en Velay, du curé qui serait plus en vue que l'instit, nous n'avons pas gagné en humanité. Nos dirigeants ont fait de l'image et rien d'autre pour donner le change. Et ROCARD, qui par ailleurs a été bien meilleur, a sorti une phrase terrible: "Nous ne pouvons accueillir toute la misére du monde..."

Ce mot sert de protection à tous nos comportements égoïstes récents dans l'accueil des étrangers et dédouane notre conscience.

Nous sommes décidement bien mal embarqués.

Les 100 ou 200 tunisiens font maintenant partie des 600 000 SDF français.

 

C'est le même problème. Si les Français supportent le chômage, la galère pour beaucoup d'entre eux ce n'est pas la faute de ces personnes qui aspirent comme nous à plus de justice. Ils ont beaucoup à nous apprendre, pour moi c'est une richesse, synonyme d'espoir pour tous les Français !

 

Vous le dites vous mêmes en France ça ne tourne pas rond. C'est l'occasion de mieux les connaître et les comprendre pour pouvoir changer un système Français qui, vous le reconnaissez, ne tourne pas bien rond non plus sur le plan humain.

 

Français, Tunisiens même combat pour la liberté et l'égalité ! Cela passe par la fraternité ! On a quand même été liés à eux pendant près d'un siècle ! Culturellement on a des points communs selon moi, et humainement aussi ! Il y a quand même plus de 6 millions de musulmans en France et ces personnes parlent le Français comme nous ! Je me sens plus proche des Tunisiens que des bulgares par exemple ...

Je suggère à médiapart de mettre en place une opération spécifique pour ces tunisiens qui ont le droit de vivre de façon décente sur notre territoire et non comme des "pestiférés" que l'on chasse et à qui on n'offre aucune solution, s'agit il de valeurs humaines comme nous les voudrions ? Ou bien pourquoi nos gouvernants font ils preuve d'aussi peu de responsabilité devant le malheur d'hommes, de femmes et peut être d'enfants ..........

Il ne faut pas beaucoup pour montrer aux autre que l'on a un coeur, celui de la vérité, de la justice, celle qui ne laisse personne sur le bord du chemin !

Quelques € donnés par nos coeurs les sauveront de leurs détresses, soyons ceux qui agissent pour les délivrer par nos actes responsables, merci à vous tous.

 

j'ai aussi tiqué sur cette question posée par un journaliste bien nourri et bien en sécurité dans son confort parisien: un peu de psychologie "basic" ou de ce que l'on appelle le "tact" me semble de mise face à la misère.
Je pense que cette question n'a été posée que dans le seul but de répondre à ceux qui disaient il y a quelques mois : "Ils voulaient la démocratie, maintenant qu'ils l'ont, ils viennent chez nous". Notamment certaines personnes de l'UMP et autres qui dénonçaient la fuite depuis un pays en révolution.... (bien évidemment, cette dénonciation est parfaitement scandaleuse et à vomir, mais bon, c'est pas comme si c'était surprenant venant d'eux.)

Tu es frappée par l'interrogation inquisitrice, Pourquoi n'êtes-vous pas restés en Tunisie à faire la révolution? Moi je suis interpellé par la réponse à cette question.
La réponse est: Parce que le pouvoir est aux mains des mêmes personnes et qu'il n'y a plus de travail.
Si on retrace les parcours de cela or qu'ils sont partis, dans les premier jours ayant suivi la révolution. (Quoi elle est encore en cours car la révolution ne dure pas juste quelque mois mais plusieurs années).
Ce que je trouve choquant et dérangeant, c est que des personnes les ont soit disant aidés et les on appuyé mais où sont-ils maintenant ?
Sans porter de jugement sur la société française et mondial, on sait déjà que la vie n’est pas facile dans ses conditions et qu’ils ont très peu de chance de s'en sortir. C’est juste une question de réalisme. Cela est même une réalité indéniable. Ne trouves-tu pas plus logique que ses personnes auraient plutôt dù leur dire la vérité en les aidant à parvenir à une solution humaine plutôt que de les induire encors plus en erreur et de se comporter avec eux comme si cela était la chair à canon? Ils sont où toutes ses personnes maintenant ?


Là, ils vont tous probablement revenir à la case départ et j’espère que la révolution leur permettra de se retrouver et d’accéder à un emploi et de construire leur vie.
Je termine ma réponse par trois citations. Une de Prévert , l autre de Brel dans une de ses chanson et de celui qui ne fut pas qu’un dictateur.
Il est terrible
le petit bruit de l’oeuf dur
cassé sur un comptoir d’étain
il est terrible ce bruit
quand il remue dans la mémoire
de l’homme qui a faim.
(Jacques Prévert)

L'avenir dépend des révolutionnaires. Mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang, ni guerre ...( Brel - La Bastille )
Etre réaliste, c’est préférer une reforme modeste qui en permet une autre, a un miracle impossible» (Habib Bourguiba)
Ma réponse peut te paraitre agressive mais elle est juste un peu directe et paradoxalement je suis plutôt membre de réseaux sans frontière.
bonne continuation ....

Quelques € donnés par nos coeurs les sauveront de leurs détresses, soyons ceux qui agissent pour les délivrer par nos actes responsables, merci à vous tous.

 

Ah finalement, c'est très simple.

oui, pour qui se soucie de nos valeurs "liberté, égalité, FRATERNITE" ...mais j'oubliais qu'ils sont étrangers, pardon.

Il y a une hypocrisie terrible. Délocaliser en Tunisie, c'est criminel. On ne partage pas l'emploi. Par contre, quelques € pour montrer qu'on a du coeur (c'est surtout terriblement condescendant)

 

J'arrête. Face à de telles niaiseries ce n'est vraiment pas la peine.

Vous mélangez tout avec votre histoire de délocalisation. On peut à la fois critiquer les délocalisations ( dont le but est de payer des gens des clopinettes), et s'insurger contre le comportement du gouvernement face à cette poignée de gens sans être hypocrite.

 

Sans compter que nombre d'entre eux sont morts noyés, pendant que Chantal Brunel déclarait " on a qu'à les remettre dans leurs bateaux".

 

Laisser crever les gens pour ne pas être condescendant à leur égard c'est peut-être ça la vraie hypocrisie.

 

Heureusement que l'abbé Pierre à l'hiver 54 s'est montré un peu "condescendant".

Quand, vous dites " on a pas les moyens" alors que la France est le 5ème PIB du monde, c'est que l'argent des "moyens" il faudrait aussi savoir le prendre dans les bonnes poches.

 

Mais encore une fois, qui sont ces gens qui quittent un pays qui vient de se libérer ? Des séides de l'ancien régime ???

Dans l'article il est question de pauvres diables à la recherche d'une opportunité et aussi il est vrai de taulard échappés de quelque prison.

La porte s'est entr'ouverte (c'est expliqué dans l'article) et ils en ont profité, préférant des lendemains qui chantent à leurs yeux dupés au marasme d'un pays dans le chaos... si les touristes ne le boudaient pas, il y aurait un peu moins de chômeurs là-bas.

@ MULOT..Je ne sais si votre question est humoristique. En tout cas, l'image idyllique d'une FRANCE accueillante ne les a pas étouffés. On a essayé de s'arc-bouter aux fontières, et ceux qui sont là, on les "course".

Aprés avoir fait ami-ami avec le "bon président Ben Ali" pensant qu'il était un rempart à l'intégrisme? Quelques J.T. de 20 heures, pour se faire mousser à l'émotion d'un printemps démocratique, ah mon dieu que c'est beau !!!

Nous, le pays de la révolution, de la liberté, la fille ainée de l'église. En fait nous nous donnons beaucoup de valeurs ajoutées historiques, nous nous faisons mousser tout seul. La réalité est d'une tristesse affligeante, et à notre jeune tunisien nous disons: "Casse toi ........"

  • Nouveau
  • 23/07/2011 00:11
  • Par
Je vous trouve plutôt sympathique avec la mairie de Paris. A l'époque, l'ai déjà écrit ici, j'étais membre de la Coordination des intermittents et précaires et ai vu arriver pas mal de ces jeunes dans nos locaux quai de Charente. Nous étions, nous, en pleine liquidation du conflit de relogement avec l'Hôtel de ville, aussi nous navigions entre aide à apporter, négociations de démenagement et trouver une forme collective avec ces jeunes afin qu'ils puissent s'organiser pour construires leurs vies individuelles ici. Sincèrement, je pense que la mairie a très très mal joué sur ce coup. Peut-être a t-elle eu, sinon peur, des arrières pensées quant à l'occupation de locaux avec dans le giron la Coordination. Mais je crains qu'il ne s'agisse plutôt de mener un combat politique Droite/Gauche sur les questions de migrations/identités. Ne pas laisser à la droite la possibilité d'accusations de laxisme et d'invasion. Alors, politique imbécile décidée : ne pas laisser une quelconque installation et aider en vue d'un retour au pays. Sauf qu'il y a le mythe France pays des Droits de l'homme et du citoyen ouvert et généreux, qui plus est Révolutionaire.
Les Tunisiens comme tous les africains ou personnes issues de pays fauchés ont été depuis quelques années particulièrement ostracisés,les médias relayant à qui mieux mieux le discour ambiant.Ou sont passés ces personnes issues de l'immigration médecins,profs,soignants,éducateurs...Tous ramenés à des gamins de cités mal élevés.Comment une once de compassion pourrait il subsister dans ce contexte.Il va falloir argumenter quand les libyens errant sur la méditerranée s'apercevront qu'ils ne sont que de la chaire à canon ds le jeux de politiciens véreux.Si cela dure trop longtemps,ils vont finir par s'en rendre compte si ce n'est pas déjà le cas.Difficile de les motiver qd leur femme et enfants subiront l'exode sans fin.On s'enfonce..

De qui se moque t-on ? Lorsque les tunisiens ont récupéré le batiment de Botzaris, la police française a aidé l'ambassade de Tunisie à tous les virer à l'instant même où on a découvert des documents qui pourraient mettre en danger certains politiciens français et tunisiens. La police protège les biens mal acquis de Ben Ali au lieu de les ouvrir aux migrants, à la jeunesse tunisienne qui, quoi que vous en disiez, représente le coeur et le moteur de la révolution. Laissez ces jeunes récupérer ces biens, nous savons où ils se trouvent:

http://owni.fr/2011/04/18/carte-biens-mal-acquis-kadhafi-ben-ali/

Donc arrêtez de verser dans la fausse générosité, et aidez les dans leur processus révolutionnaire à récupérer ces biens qui sont un enjeu énorme pour les tunisiens. Tous ces appels à la générosité paternaliste me fatiguent.

Ce reportage ne peut que nous révéler la misère systémique du 5ème pays le plus riche du monde. S'il faut passer par les tunisiens de Lampudesa pour comprendre que notre pays est d'une extrême violence, ainsi soit il. Mais il faut ouvrir les yeux dans la rue, elle est là, devant nous.

La générosité n'est pas forcemment paternaliste.

 

La générosité, paternaliste ou pas, peut avoir au départ un intérêt, juste pour éviter que les gens meurent noyés.

 

Or, cette générosité "condescendante", même celle là, fait aujourd'hui défaut chez les dirigeants Français.

 

Heureusement que certains citoyens, d'origine Tunisienne ou pas d'ailleurs, écoutent juste leur humanité pour essayer d'aider ces gens qui sont dans l'urgence vitale.

 

Ceci dit, votre point de vue, je suis d'accord à 100%.

Merci de ces témoignages. J'ajouterai que l'aide au retour ne changera rien au désarroi de ces migrants. Rentrer au pays dans ces conditions est vécu comme une honte personnelle, difficilement comprise par la famille, le voisinage, la communauté en Tunisie. Résultat: on tente sa chance une nouvelle fois...d'autant plus que les conditions structurelles, le marché de l'emploi et les institutions au pays sont très loin d'être à la hauteur. Toutes ces mesures coercitives, appelées "politiques", ont pour principal objet de démontrer à la majorité des électeurs français que l'Etat est capable de protéger leurs privilèges et droits (surtout en période de crise sociale...et préélectorale). On ne peut dissocier ces mesures d'un cadre d'analyse plus large où le rapport entre citoyens et Etat se recompose sur des bases discriminantes allant à l'encontre de valeurs universelles que d'aucuns croyaient justes et inébranlables. Le seul moyen de lutter contre cette dérive est de démontrer ou convaincre que ces mesures ne servent personne. Aussi serait-il intéressant, dans une prochaine étape, que Mediapart enquête sur la situation et les perspectives de ces personnes une fois renvoyées de France en Tunisie.

Dans tous les cas le chacun pour soi est la pire des solutions qui puisse exister.

Il est vrai qu'à la rentrée scolaire en septembre il n'y aura pas de place pour tous les éléves de plus de 16 ans.

Il est vrai qu'il n'y aura pas assez d'emplois pour tous les demendeurs Français en septembre.

Il est vrai qu'il n'y aura pas assez de logements a prix modique pour accueillir tous les jeunes Français à la rue en septembre.

Il est vrai que ce gouvernement Français actuel, bloque chaque jours de plus en plus, l'énergie des jeunes Français pour créer un pays d'avenir et les enferme dans une précaritée sans issues de secour.

Il est vrai que notre pays la FRANCE jouit de cette aura de pays de cocagne, pour tous les migrants qui y arrivent et ils ne sont pas tous Tunisiens!

Notre pays devenu Européen est géré par des incapables, impuissants et appartenants à cette droite qui fout le bazard sur cette terre.

Ils ne savent qu'éxacerber la haine entre soi et nous mener à l'anarchie.

 

 

On est obligés de rentrer dans leur jeu sans l'être finalement ... on a le droit de vote et si on nous l'enlève on a la force. On est pas Français pour rien.

 

La culture française on risque bien de leur mettre dans la gueule si ils ne veulent pas la voir. Il ne faut pas jouer avec les Français ... et ils le savent !

 

Je ne suis pas trop inquiet finalement, j'ai confiance en mes compatriotes et en moi-même.

 

Je suis Espagnol mais aussi Français binational comme ils disent mais je suis surtout Français et je les emmerdent cordialement !Ils n'ont même pas idée.

 

Espagne- France même culture, même combat ! Hessel s'indigne en France, les indignados bougent en Espagne ... on les emmerdent ! Et si ils ne comprennent pas on passera aux choses sérieuses.

 

Ce n'est pas une crise c'est un système qui est pourri ! Il va falloir se battre... ça va leur faire tout drôle ... mais pas de sentiment ...

  • Nouveau
  • 24/07/2011 11:36
  • Par

que ferons nous français "bien pensants" , moralistes à souhait style on ne peut pas accueillir toute la misère du monde, lorsque,

l'ultralibéralisme aura reduit nos enfants à la misère et que sans espoir , ils quitteront leur pays pour aller voir du coté de la Tunisie ou d'ailleurs , si ils trouvent un peu de pain et de travail? alors les tunisiens diront rentrez chez vous ...pourtant la terre n'est qu'un seul pays .Il y a de quoi partager et faire vivre dignement tout le monde mais seulement par le partage . La campagne française est vide, des villages entiers , des maisons abandonnées , des terres en friche , de quoi vivre pour tous sur la terre en êtres humains respectés . Toutes les associations font un travail formidable; juste vous qui jugez ici ou ailleurs, allez leur donner un coup de main , ainsi discutant avec les migrants vous découvrirez non pas de pauvres hères mais des gens harassés portant avec eux la rage mais aussi l'espoir , des gens normaux qui veulent vivre et en plus dépossédés de leur révulution , détournée avec la complicité de la France . Nous sommes tous les mêmes sur terre , il reste à partager et on a de quoi .il suffit de commencer et aussi de virer ces politiques qui détruisent les hommes . De Mam à ben ali en passant par Tadiekine, et bien d'autres , ont accumulés de quoi nourrir les réfugiés tunisiens qui ne demandent qu' à vivre simplement vivre .et si c' était nos enfants ?

Petite discussion sur cet article. Peu d'intervenants. Parlez du minois de "Diallo" et vous aurez 10 fois plus d'intervenants. Ainsi va le monde, comme celui de Médiapart. Bien triste tout ça.

Merci pour ces infos.

Stéphane du blog colique néphrétique

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Les témoignages des migrants tunisiens ont été recueillis au cours de trois reportages différents. Le premier entretien, avec Bilel Sboui, s'est déroulé le 3 mai devant le 51, avenue Simon-Bolivar. Le second, avec Noureddine Jaballah et Madhi Khalifa, le 28 juin, au foyer Aurore de la rue du Faubourg-Saint-Honoré. Le troisième, avec Anis Hlel, Mohamed Atig, Tarek et Mohamed, le 18 juillet, devant le 158, rue de Charenton, local mis à la disposition par la mairie de Paris pour venir en aide aux migrants.

Les autres entretiens ont été réalisés soit en face-à-face, soit au téléphone.

Merci à Adel et Wassim.

Au foyer Aurore, la traduction a été assurée par Kader Boutebel.