La NSA n’avait sans doute pas connu de semaine aussi agitée depuis la publication des premières révélations d’Edward Snowden il y a trois ans. Depuis le samedi 13 août, l’agence doit faire face à une nouvelle fuite potentiellement dévastatrice pour elle. Des hackers ont piraté l’un de ses sous-traitants et ont mis la main sur une de ses « boîtes à outils » : des centaines de logiciels et virus informatiques utilisés par la NSA pour ses cyber-opérations clandestines. Cette fuite intervient dans un contexte particulier, marqué par la publication, il y a moins d’un mois, par WikiLeaks, de milliers de mails du parti démocrate américain. Cette fois encore, la Russie est pointée du doigt. Mediapart fait le point sur l’affaire.