Suu Kyi juge qu'il demeure une menace terroriste à Rakhine

Par
Le terrorisme demeure une menace dans l'Etat de Rakhine en Birmanie et pourrait avoir de "graves conséquences" dans la région du sud-est asiatique, a estimé la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, mardi.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

SINGAPOUR (Reuters) - Le terrorisme demeure une menace dans l'Etat de Rakhine en Birmanie et pourrait avoir de "graves conséquences" dans la région du sud-est asiatique, a estimé la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, mardi.

"Le danger d'activités terroristes, qui est la cause initiale des événements qui ont conduit à la crise de Rakhine, demeure réel et présent aujourd'hui", a-t-elle déclaré lors d'une allocution à Singapour.

"Si ce défi sécuritaire n'est pas réglé, le risque de violences intercommunautaires va demeurer. C'est une menace qui peut avoir de graves conséquences, pas seulement pour la Birmanie mais aussi pour d'autres pays de notre région et au-delà", a déclaré l'ancienne lauréate du prix Nobel de la paix.

Suu Kyi, qui incarna autrefois la lutte pour un régime démocratique en Birmanie, est critiquée pour son silence face à la répression militaire menée contre la minorité musulmane rohingya dans le nord de l'Etat de Rakhine.

Les Nations unies ont qualifié ces exactions de "nettoyage ethnique", plus de 700.000 membres de cette communauté ayant dû se réfugier au Bangladesh pour fuir une intervention de l'armée birmane après l'attaque de postes de sécurité par des rebelles rohingyas.

La Birmanie rejette les accusations de nettoyage ethnique ainsi que les informations sur les exactions commises, estimant que les Rohingyas sont des "terroristes".

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale