#MeToo: l’affaire des sœurs Khatchatourian réveille les consciences russes

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Moscou (Russie), correspondance.– Fallait-il que ce soit un homme qui meure pour qu’enfin la question des violences domestiques revienne au premier plan en Russie ? Fallait-il un fait divers spectaculaire pour voir s’émanciper la parole des femmes ? Des questions légitimes, un an après l’irruption de cette histoire sordide qui transforma Krestina, Angelina et Maria Khatchatourian – 19, 18 et 17 ans à l’époque – en symboles de l’immense problème de la Russie avec les violences faites aux femmes.