Après le scandale Prism, peut-on laisser la gestion d'internet aux Etats-Unis ?

Par

Les révélations d'Edward Snowden reposent la délicate question de la régulation d'internet et de son modèle « multipartite ». Les organismes actuellement chargés de gérer le réseau, tous basés aux États-Unis, se réunissent à partir de mardi à Bali.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le séisme provoqué par les révélations d’Edward Snowden sur le système d'espionnage américain Prism continue de secouer les fondations d’internet. La France, restée relativement discrète jusqu'à présent, se gardant de toute réaction officielle trop agressive, se trouve à son tour à l'épicentre du scandale après la publication par le Monde de documents montrant qu'elle a été, elle aussi, largement surveillée par son allié.