Le PS se divise sur le «MES» à l’Assemblée

Par et

A gauche, seuls les élus du Front de gauche avaient prévenu qu’ils s’opposeraient au Mécanisme européen de stabilité (MES) adopté mardi par l’Assemblée nationale. Une vingtaine de socialistes ont bravé la consigne d’abstention, tout comme les trois députés écologistes. Explications.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme un parfum de 2005. Mardi soir à l’Assemblée nationale, le groupe socialiste s’est divisé sur le «Mécanisme européen de stabilité», qui désigne un des deux traités négociés à Bruxelles pour encadrer les règles budgétaires et de solidarité dans la zone euro. Une vingtaine d’élus PS ont bravé la consigne d’abstention, décidée plus tôt dans la matinée, pour voter contre le texte. Parmi eux : essentiellement les tenants de l’aile gauche du parti autour d’Henri Emmanuelli, mais aussi certains membres de l’équipe de campagne de François Hollande, comme Julien Dray, en charge de la mobilisation citoyenne, ou Pascal Terrasse, député de l’Ardèche et spécialiste des questions de retraites.