Un avocat anticorruption visé par un mandat d’arrêt fantaisiste

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Blanchiment de capitaux, et financement de terrorisme. Ce sont les graves infractions que la justice équatoguinéenne reproche à seize personnes, dont l'avocat français William Bourdon, président de l'association anticorruption Sherpa (on peut lire ici le communiqué de la Guinée équatoriale).