International Brève

Grève générale au Portugal contre l'austérité

Les Portugais sont appelés à une journée de grève générale et de manifestations pour protester contre les mesures d'austérité du gouvernement en échange d'une aide de 78 milliards d'euros accordée par la troïka UE-FMI-BCE.

La rédaction de Mediapart

22 mars 2012 à 08h44

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Les Portugais sont appelés à une journée de grève générale et de manifestations pour protester contre les mesures d'austérité du gouvernement en échange d'une aide de 78 milliards d'euros accordée par la troïka UE-FMI-BCE. La CGTP, première confédération syndicale du Portugal, entend s'opposer à « la dérèglementation du marché du travail et (au) modèle des bas salaires (...) une tentative machiavélique de supprimer le droit du travail », en l'espèce, une réforme du Code du travail qui prévoit un assouplissement des horaires et des règles de licenciements, la suppression de jours fériés et de congés.

Dans les principales villes, les transports en commun sont perturbés, jeudi matin, notamment à Lisbonne où le métro et les navettes traversant le Tage sont totalement arrêtés. Les principaux ports du pays sont également touchés, tout comme les services publics. Des dizaines de manifestations dans tout le pays sont prévues dans l'après-midi.

La rédaction de Mediapart


7 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne