Lyon-Turin: des opposants sont poursuivis pour terrorisme

Jeudi s’ouvre à Turin un procès pour « attentat à visée terroriste » de quatre opposants au projet de ligne ferroviaire à grande vitesse. Ils ont été arrêtés pour avoir incendié des appareils sur un chantier. À gauche, des voix dénoncent la criminalisation du mouvement social.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Jeudi 22 mai s’ouvre à Turin un procès qui met en émoi une partie de la gauche italienne. Quatre militants opposés au projet de ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin (TAV en italien) sont poursuivis pour avoir incendié un compresseur et un générateur électrique sur un chantier, dans la nuit du 13 au 14 mai 2013. Arrêtés fin 2013, ils sont poursuivis pour « attentat à visée terroriste », « acte de terrorisme », « violence contre des agents de la force publique, possession et transport d’armes de guerre ». Ils risquent vingt ans de prison.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal