L'Equateur voulait donner à Julian Assange un poste diplomatique en Russie

Par
L'Equateur voulait confier en 2017 un poste diplomatique en Russie à Julian Assange, le fondateur du site lanceur d'alertes WikiLeaks, mais s'est ravisé après que la Grande-Bretagne a refusé d'accorder à Assange l'immunité diplomatique, montre un document du gouvernement équatorien que Reuters a pu consulter.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

QUITO (Reuters) - L'Equateur voulait confier en 2017 un poste diplomatique en Russie à Julian Assange, le fondateur du site lanceur d'alertes WikiLeaks, mais s'est ravisé après que la Grande-Bretagne a refusé d'accorder à Assange l'immunité diplomatique, montre un document du gouvernement équatorien que Reuters a pu consulter.