«Si on l’ouvre sur les Ouïghours, on va perdre des investissements»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après avoir longtemps fermé les yeux sur la persécution de la minorité musulmane ouïghoure en Chine, la communauté internationale – acculée par l’accumulation de révélations, sous la pression d’ONG, de chercheurs, de citoyens – commence à sortir de son silence. Enfin, une partie seulement. Deux États – le Canada et les États-Unis – se distinguent et emploient des termes controversés en Europe comme « génocide » ou « camps de concentration »