En Syrie, la montée en puissance des milices chiites maintient en vie le régime d'Assad

Par

C’est l’autre « djihadisme » international, celui dont on parle peu, quand il est pourtant plus imposant que celui des combattants étrangers sunnites. Arrivés d’Irak ou d’Iran, plusieurs milliers de miliciens chiites affluent depuis le début de la guerre, en appui de l’armée syrienne et du Hezbollah. Une tendance qui s'accentue et interroge toute la stratégie déployée par les pays occidentaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le dossier syrien, le rapport de force sur le terrain prime sur toute autre considération politique et géostratégique. Là réside la principale leçon à tirer du dernier cycle de négociation, après le nouveau fiasco des pourparlers de Genève 2, qui a poussé le médiateur international de l'ONU, Lakhdar Brahimi, à présenter ses excuses aux Syriens.