Dans la «capitale du Brexit», les travaillistes luttent pour conserver leur siège

Par

Fortune diverse pour le parti travailliste lors de deux législatives anticipées jeudi : la formation de Corbyn a sauvé son siège à Stoke-on-Trent, la « capitale du Brexit », mais s’est fait battre par les conservateurs dans un autre de ses bastions traditionnels.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Actualisation : Le parti travailliste est parvenu à se maintenir à Stoke-on-Trent (37% pour le Labour, contre 24,7% pour le UKIP et 24,4% pour les conservateurs), mais il a été battu dans l'autre législative partielle de jeudi, à Copeland, où les conservateurs (44%) ont remporté le siège détenu par les travaillistes depuis 80 ans (37% pour le Labour).