L’Algérie se soulève «contre un cinquième mandat de la honte»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les prêches dans les mosquées des imams téléguidés par le pouvoir, appelant à ne pas descendre dans la rue pour ne pas plonger le pays dans une nouvelle guerre civile, n’auront pas découragé la foule. Trop, c’est trop. Le peuple algérien s’est levé massivement vendredi 22 février après la grande prière pour dire non à un cinquième mandat de son président depuis de deux décennies, Abdelaziz Bouteflika, répondant ainsi aux multiples appels anonymes lancés ces derniers jours sur les réseaux sociaux. Du jamais vu depuis vingt ans.