L’attentat de Manchester, un tournant dans la stratégie de l'Etat islamique

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il était l’un des cerveaux présumés des attentats de novembre 2015 à Paris et de bien d’autres en Europe. Tué le 31 août 2016, près d’Al-Bab, sur la frontière syro-turque, Abou Mohammed al-Adnani n’était pas que le responsable des opérations terroristes de l’État islamique (EI). Cet ancien maçon syrien était aussi son porte-parole, le responsable de sa propagande et l’un de ses théoriciens. Il s’était fait connaître, dès septembre 2014, en exhortant chaque musulman à tuer « un incroyant américain ou européen ­– en particulier les méchants et sales Français – ou un Australien ou un Canadien, ou tout [...] citoyen des pays qui sont entrés dans une coalition contre l'État islamique ». Il avait même recommandé de les tuer « de n'importe quelle manière » : « Si vous ne pouvez pas trouver d'engin explosif ou de munitions, alors isolez l'Américain infidèle, le Français infidèle, ou n'importe lequel de ses alliés. Écrasez-lui la tête à coups de pierres, tuez-le avec un couteau, renversez-le avec votre voiture, jetez-le dans le vide, étouffez-le ou empoisonnez-le. »