Libye: «La guerre civile initiée en avril par Haftar cause déjà des dégâts profonds»

Par

Emmanuel Macron a reçu mercredi le maréchal Khalifa Haftar, qui vient de replonger la Libye dans une troisième guerre civile et de torpiller des années d’un processus de paix déjà extrêmement difficile. La France persiste dans l’ambiguïté au nom de la lutte contre le terrorisme et de « la sécurité des Français ». Entretien avec la chercheuse Virginie Collombier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les communiqués du gouvernement français, en particulier du ministère des affaires étrangères, se suivent et se ressemblent à propos de la Libye. La France est pour la paix, « pour que l’ensemble des parties libyennes reprennent le chemin de la négociation sous l’autorité des Nations unies », « pour un cessez-le-feu sous supervision internationale ». Pourtant, elle a tout fait pour contribuer à la guerre, elle et d’autres pays influents, sur l’autel de divisions, d’intérêts divers et de lutte contre le terrorisme.