Après le cessez-le-feu, Gaza mesure sa destruction

Par

Deux jours après le cessez-le-feu, les Gazaouis sortent et prennent la mesure de l’étendue des dégâts. Les frappes israéliennes pendant cette quatrième guerre ont provoqué des destructions massives dans l’enclave palestinienne. Gaza manque de tout. La reconstruction s’annonce longue et celle de ses habitants encore plus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Territoires palestiniens.– « Mon frère était en fauteuil roulant. Il n’a rien à voir avec la politique, il n’a rien à voir avec le Hamas, il était au chômage. Et sa femme ? Et sa fille ? Ce sont des gens qui n’ont pas d’histoire », assure, d’une voix encore tremblante, Omar Saleha. Ce mercredi, pile à l’heure du déjeuner, les trois pièces de l’appartement de son frère, à Deir el-Balah, ont explosé sous les bombardements de l’armée israélienne. Toute la famille était à l’intérieur : Eyad Saleha, 33 ans, handicapé et incapable de marcher depuis quatorze ans, sa femme, Amani, 33 ans, enceinte, et leur fille de 3 ans, Nagham. Tous sont morts sur le coup.