Les juges percent les secrets de la fuite du bras droit de Kadhafi

Des vérifications téléphoniques prouvent que l’intermédiaire Alexandre Djouhri, proche de Claude Guéant, a bien organisé l’exfiltration de Paris vers le Niger du dirigeant libyen Bachir Saleh, sous le coup d’un mandat et d'une notice rouge d’Interpol, en 2012. Le tout en présence de l’ancien patron des services secrets intérieurs, Bernard Squarcini.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C’est une exfiltration à l’ancienne, qui porte la marque des affaires d’État. Un rendez-vous improbable entre le patron d’un service de renseignement, un intermédiaire sorti de la banlieue nord de Paris et l’ancien bras droit d’un dictateur, au pied de la tour Eiffel. Comme dans un roman de John Le Carré, l’espion fait les cents pas, à l’écart. L’intermédiaire fait la navette entre l’agent et l’homme en fuite, dans les jardins du Champ-de-Mars. Des inconnus suivent à distance les pourparlers du trio.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal