Afrique(s) Reportage

Au Maroc, « journalistes la tête haute, ni achetés ni vendus »

Pendant deux mois, trois célèbres journalistes marocains, Omar Radi, Soulaimane Raissouni et Imad Stitou, ont été jugés dans des conditions iniques. Des procès qui signent la condamnation du journalisme indépendant au Maroc. Reportage entre les salles 7 et 8 du tribunal de Casablanca.

Aida Alami

23 juillet 2021 à 18h40

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Casablanca (Maroc).– C’est avec le même mélange d’horreur et de sentiment d’impuissance que le public a assisté, ces dernières semaines au Maroc, aux procès des journalistes Omar Radi et Soulaimane Raissouni. Au fil des audiences, les deux amis, incarcérés à l’isolement dans la même aile de la prison d’Oukacha, ont vu leurs destins s’entremêler, et la tragédie qu’ils incarnent symbolise désormais les derniers souffles de la liberté d’expression au royaume du Maroc.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA