Fukushima, cette crise que le monde voudrait oublier

Les derniers développements de la situation à Fukushima montrent que la crise nucléaire n'est toujours pas sous contrôle. Mais la communauté internationale ne semble pas avoir pris la mesure du problème.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Illustration 1
Vue aérienne de réservoirs de stockage à Fukushima © Reuters/Kyodo

Les derniers événements survenus à Fukushima démontrent que, près de deux ans et demi après le tsunami du 11 mars 2011, la crise nucléaire est encore très loin d’être réglée. Le plus étonnant est le peu de réactions internationales que suscite cette situation, alors même que la pollution radioactive menace les zones de pêche du Pacifique. D’ores et déjà, deux des principales coopératives de pêcheurs de la préfecture de Fukushima viennent d’annoncer qu’elles suspendaient leur activité sine die. Or la pollution ne peut que s’aggraver. Au moins 300 tonnes d’eau contaminée provenant de la centrale accidentée se répandent chaque jour dans le Pacifique, et cela probablement depuis mai 2011.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal