Djihad: pourquoi les «revenants» ne reviennent pas

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Du temps du califat, les choses étaient relativement simples pour les djihadistes qui avaient des envies d’ailleurs. À condition d’avoir une motivation valable (en gros : aller commettre un attentat dans un pays étranger ou subir une opération chirurgicale en Turquie), un émir tamponnait un laissez-passer et le djihadiste se présentait au poste-frontière de l’État islamique (EI). On le conduisait à un grillage barbelé avec une porte en fer. La porte s’ouvrait. Un douanier turc détournait le regard et le tour était joué.