En Uruguay, le vent de liberté pourrait bien s'essouffler

Par Jean-Baptiste Mouttet

Droit à l'avortement, légalisation du cannabis, mariage égalitaire: le mandat du président José Mujica a été marqué par une vague de réformes sociétales. Mais celles-ci sont menacées à la veille de l'élection présidentielle du le 26 octobre. Par les candidats conservateurs, mais aussi par la société elle-même, sceptique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial en Uruguay.- « Le mariage égalitaire n'est pas une fin en soi ! C'est seulement une première étape ! » lance une imposante femme, rabattant mécaniquement ses longs cheveux bouclés devant une cinquantaine de militants du Front large, la vaste coalition de gauche au pouvoir dont fait partie le président José Mujica. Dans ce local de l'organisation politique, dans le centre de la capitale uruguayenne, Montevideo, le public, de tous âges, applaudit vivement le discours attendu. La personne qui vient de s'exprimer n'est autre que Michelle Suárez, la première avocate transsexuelle d'Uruguay.