Merkel n’a pas provoqué la vague migratoire de 2015

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin, correspondance.-  Pendant la dernière campagne électorale pour le parlement berlinois, Georg Pazderski, ancien haut gradé de l’armée allemande et patron actuel de la section locale du nouveau parti xénophobe Alternative für Deutschland, a clairement exprimé l’un des concepts politiques en vogue dans les milieux des droites populistes et extrêmes, celui de la « réalité ressentie » : « On ne peut se contenter des seules statistiques, il faut tenir compte de ce que le citoyen ressent. “Perception is reality.” Cela veut dire que ce que l’on ressent, c’est aussi la réalité », expliquait ainsi M. Pazderski en répondant à une question sur le sens de la politique hautement xénophobe de son parti dans les territoires de l’Est. Alors que les étrangers (réfugiés compris) représentent  moins de 2 % de la population.