Le président démissionnaire du Conseil italien, Mario Monti, a déclaré dimanche qu'il ne serait pas candidat aux législatives des 24 et 25 février, mais s'est dit prêt à « envisager » un nouveau mandat à la tête du gouvernement si des forces politiques adhérant à son programme de réformes le lui demandaient.