Mali: comment reconstruire une classe politique totalement discréditée?

Par

Tout le monde est convaincu que l’issue de la crise malienne ne peut être que politique et se jouera à Bamako. Malheureusement, les politiciens maliens ne semblent pas à la hauteur des enjeux et la fameuse démocratie d'ATT, tant vantée par les Occidentaux, n'était qu'un château de cartes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Début juillet 2012, Laurent Bigot, sous-directeur Afrique au Quai d’Orsay, avait livré son « opinion personnelle » sur le Mali lors d’un séminaire à l’Institut français des relations internationales (IFRI) et, chose étonnante, il n’avait pas mâché ses mots. « Les déterminants de la crise étaient là depuis longtemps : corruption impliquant toutes les sphères, au plus haut niveau, jusqu’au palais présidentiel de Koulouba, une économie largement informelle, des trafics en tout genre. » Quant à la classe politique malienne : « C’est pathétique, (son) discours est pathétique ! Pas un homme ne sort du lot ! Les deux tiers du territoire échappent à la souveraineté de l’État malien et on a une classe politique qui se bat encore pour entrer au gouvernement… »