L’archipel des Comores s’enfonce dans la crise et l’autoritarisme

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

C’était une énorme connerie de Giscard : il fallait que l’ensemble des 4 îles devienne indépendant. La situation actuelle est sans issue : on ne peut pas imposer à Mayotte le rattachement aux Comores contre leur volonté exprimée par référendum et les habitants n’en ont évidemment aucune envie vu que le niveau de vie à Mayotte est 10 à 20 fois supérieur à celui des autres îles. Par démagogie, on leur a accordé le statut de DOM, voté à l’unanimité à l’Assemblée nationale. Et l’immigration clandestine est massive et suscite l’hostilité parfois armée de la population...

  • Il est à  rappeler que les habitants d'Anjouan ont plusieurs fois demandé  à  être à  nouveau rattachés à  la France. Et aussi qu'avant  le visa Balladur l'immigration clandestine était très faible à  Mayotte...

les Comores, comme la France, s’enfonce dans la crise et l’autoritarisme !

Il y a du pétrole, aux Comores ? Non ? Eh ben alors, on s'en fout !

enfin, les USA s'en foutent !laughing

"Des embarcations qui doivent leur sinistre notoriété à leurs naufrages réguliers et sont la cause de plusieurs milliers de morts depuis l'instauration par la France d'un visa entre les îles de l'archipel, en 1995."

Ce ne sont pas les embarcations qui causent les naufrages, mais la politique française qui transforme Mayotte en île forteresse. Le préfet montre les muscles, mais son discours est totalement vide. Les expulsions ne servent à rien et coûtent très cher. Jusqu'à son extinction, l'humanité continuera de circuler en faisant fi des murs, des soldats, des océans. Ce n'est pas les quelques milliers d'expulsions qui changeront le fait que ces pauvres gens n'ont pas d'autre choix pour survivre. 

La France, au lieu de bafouer son propre droit, ferait mieux d'appliquer sa devise à Mayotte, et se faire facteur de stabilité dans la région (sa responsabilité dans l'instabilité des Comores est énorme... Et ensuite, les mêmes politiciens responsables de cela se plaignent à longueur d'ondes de l'immigration "insoutenable" qu'ils ont en partie provoquée...).

Une autre correction par rapport à l'article. Le nom officiel des Comores n'est plus "République islamique des Comores" mais "Union des Comores".

Enfin, il est "étrange" qu'il ne soit fait nulle mention dans les médias nationaux de la mise en examen du président du Conseil départemental de Mayotte et de plusieurs de ses chefs de service. Si cela s'était produit dans l'Hexagone, on en aurait entendu parler. Invisibilisation de l'outre-mer, quand tu nous tiens...

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale