Obsèques à Belfast de la journaliste Lyra McKee, tuée jeudi

Par
Plusieurs centaines de personnes, dont les dirigeants britannique et irlandais, ont assisté mercredi à Belfast aux obsèques de la journaliste Lyra McKee, dont la mort, due à un tir émanant d'un groupuscule républicain nord-irlandais, a provoqué un tollé en Irlande du Nord.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

BELFAST (Reuters) - Plusieurs centaines de personnes, dont les dirigeants britannique et irlandais, ont assisté mercredi à Belfast aux obsèques de la journaliste Lyra McKee, dont la mort, due à un tir émanant d'un groupuscule républicain nord-irlandais, a provoqué un tollé en Irlande du Nord.

Plusieurs chefs de formations politiques se sont joints, à ces obsèques, à la Première ministre britannique Theresa May, au chef du gouvernement irlandais Leo Varadkar, au président irlandais Michael D. Higgins et au chef de file de l'opposition travailliste britannique, Jeremy Corbyn.

Le groupuscule de la Nouvelle IRA, hostile aux accords de paix du vendredi saint (1998), a présenté ses excuses et reconnu que l'un de ses membres avait tué jeudi soir à Londonderry Lyra McKee, 29 ans, au cours d'une fusillade avec des policiers en marge d'affrontements que couvrait la journaliste. Selon la Nouvelle IRA, la journaliste a été atteinte par une balle alors qu'elle se tenait à côté de policiers "lourdement armés" en direction desquels un militant nationaliste avait ouvert le feu.

Sa mort, qui fait suite à un attentat à la voiture piégée en janvier à Londonderry, imputé par la police à la Nouvelle IRA, laisse craindre que certains groupuscules marginalisés ne cherchent à tirer parti du vide politique actuel en Irlande du Nord et des tensions provoquées par la décision du Royaume-Uni de quitter l'Union européenne.

La police d'Irlande du Nord a annoncé mardi l'arrestation d'une femme de 57 ans dans le cadre de l'enquête sur la mort de Lyra McKee. Elle avait annoncé samedi l'arrestation de deux hommes de 18 et 19 ans, mais ceux-ci ont été relâchés par la suite.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale