En Espagne, la gauche critique rêve d'en finir avec le bipartisme

Par

Deux formations devraient bousculer la vieille suprématie des conservateurs et socialistes à Madrid. Les écolo-communistes d'Izquierda Unida et les centristes de UPyD espèrent doubler leur score.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si les mouvements sociaux sont en ébullition en Espagne, des « marées » contre l'austérité aux mouvements anti-expulsions (lire notre article), le système politique institutionnel du quatrième plus grand pays d'Europe reste, lui, plutôt verrouillé. Le duo formé par le parti populaire (PP, droite), au pouvoir, et le parti socialiste (PSOE), dans l'opposition, continue de faire la course en tête dans les sondages pour le scrutin de dimanche.