« On ne peut exclure que l’Allemagne ait participé à ces écoutes »

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La chancelière allemande Angela Merkel n’a pas commenté, ce mercredi 24 juin, la révélation de l’espionnage par la NSA des chefs d’État français et de leurs proches collaborateurs. Mais en Allemagne, ces informations ont reçu un large écho. Depuis quinze mois, une commission d’enquête, constituée de huit députés, travaille méthodiquement sur les agissements de l’agence américaine de renseignement.