«Pourquoi je n'irai pas voter dimanche à Bucarest»

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
  • Nouveau
  • 26/07/2012 17:24
  • Par

C'est vrai qu'il est très difficile de saisir les enjeux en deux paragraphes comme nous l'avons déjà montré.

C'est un coup d'Etat au même titre que le Serment du Jeu de Paume: prétexter d'une situation de blocage pour s'affranchir du fonctionnement des institutions puis s'appuyer sur la représentation pour proposer une transformation des institutions sans en avoir le mandat. Mais en Roumanie, dans la même semaine, cela s'est accompagné de la décapitation de la Présidence de la République, de l'Assemblée nationale, du Sénat, de la télévision publique, des archives, etc.  de la mise sous tutelle de la Cour constitutionnelle et du projet de démanteler le parquet anticorruption, l'agence d'intégrité de la vie politique, du conseil d'étude des crimes de l'ancien régime communiste, etc. 

Si ce coup de force visait une nouvelle nuit du 4 août, remettant en question la dictature des marchés financiers, les injustices de la fiscalité, l'austérité, les privatisations, etc. vos remarques seraient justifiées. Mais ce n'est pas ce dont il s'agit: la coalition antinomique des sociaux démocrates et des libéraux leur a permis de prendre le pouvoir en Roumanie mais ils ne parviennent pas à s'accorder sur une politique économique et fiscale. Et ce qui inquiète Bruxelles, c'est la mise sous tutelle de la justice, le maintien de parlementaires et de ministres condamnés, les limogeages à répétition des hauts fonctionnaires, etc.

Il ne s'agit pas de guerre ou de dictature: la destitution du chef de l'Etat doit être validée par un référendum dimanche. Mais la modification en urgence du mode de scrutin et la possibilité de voter n'importe où (gares, hôtels, centres commerciaux, etc.) sans faire de différence entre les personnes inscrites sur les listes électorales et celles de passage ont introduit de sérieux doutes sur la régularité du scrutin. C'est pourquoi dans cet entretien, l'opposition appelle à un boycott de ce référendum, même s'il s'agit effectivement d'une décision politique contestable.

Choqué par cet entretien avec une personne pour le moins complexe qui appartient au parti du Président suspendu. Vivant en Roumanie, ce que dit Madame Macovei devrait être complété par d'autres entretiens pour donner une image un peu moins univoque de la situation actuelle. Pourrait elle de plus refaire un bref historique de ce qu'a fait jusqu'à présent Monsieur Basescu plutôt que de le présenter comme un rempart contre le "communisme" .

Une fois encore, déçu par la place donnée sans contre partie à cette personne.

Bonjour - Oui, cela doit être complété - ce qui ne change rien à l'intérêt de l'entretien, me semble-t-il - c'est ce que l'on est en train de faire, en préparant un article pour lundi matin. L.

  • Nouveau
  • 29/07/2012 10:43
  • Par

Je n'ai rien contre les entretiens avec qui que ce soit , fut-ce avec le diable, il y a toujours à apprendre.Mais   pourquoi un seul son de cloche pour une affaire que nous connaissons mal, et ce à la veille du référendum?

Je constate que Monsieur Lamant est coutumier de cette façon unilatérale de présenter les   choses. 

Même les feuilles de choux " gratuites" daignent organiser des débats contradictoires.J'aimerais , pour ma gouverne, pouvoir faire la synthèse entre arguments et contre-arguments avant de me prononcer sur un dossier que je découvre,.

Il semble que le débat contradictoire sur MDP, on ne le trouve qu'entre abonnés commentateurs très souvent plus soucieux d'avoir le dernier mot et un maximum de recommandations que de partager une véritable réflexion. Je ne parle pas des commentateurs de cet article,visiblement de bonne foi, mais des commentateurs en général.  

  • Nouveau
  • 29/07/2012 14:27
  • Par

"je n'irai pas voter dimanche à Bucarest"

 

Moi non plus.

Cool

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

L'entretien s'est déroulé sur une demi-heure par téléphone mardi, entre Bruxelles et Bucarest.