Pittsburgh, ville en état d'alerte

Par
En état d’alerte maximal, la ville de Pittsburgh qui accueille le sommet du G-20 a décidé d’encadrer lourdement les quelques militants syndicalistes, anti-guerre ou écologistes qui ont été autorisés à se rassembler. Quelques affrontements se sont produits dès jeudi. Ancien berceau de la sidérurgie américaine, la ville choisie pour sa reconversion vers les énergies renouvelables et les hautes technologies n’est toutefois pas l’écrin vert que les grandes entreprises locales se plaisent à décrire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A Pittsburgh, la zone autorisée pour les manifestations se limite à un parking loué par les organisations opposées au G-20 aux autorités municipales. Ironie du sort: le lieu où se réunissent les plus riches dirigeants de la planète est sans le sou. La Pennsylvanie est en effet le seul Etat américain à ne pas disposer d'un budget. Et des villes de 300.000 habitants comme Pittsburgh en sont réduites à louer leurs espaces publics au plus offrant pour arrondir les fins de mois.