L’Europe débloque un milliard pour «retenir» les réfugiés près de chez eux

Par

Lors du sommet extraordinaire qui s’est tenu mercredi 23 septembre à Bruxelles, les dirigeants européens ont validé la décision de se répartir, en deux ans, 120 000 demandeurs d’asile arrivés en Grèce et en Italie. Ils ont débloqué un milliard d'euros pour le HCR et le Programme alimentaire mondial, et pour aider le Liban, la Jordanie et la Turquie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lors du sommet extraordinaire qui s’est tenu mercredi 23 septembre dans la soirée à Bruxelles, les dirigeants européens ont validé la décision à laquelle avaient abouti la veille les ministres de l’intérieur, à la majorité qualifiée, de se répartir 120 000 demandeurs d’asile arrivés en Grèce et en Italie sur deux ans (accéder au document final). Ce chiffre est très inférieur aux besoins – plus d’un million de réfugiés potentiels sont attendus en 2015 dans l’Union européenne, selon les dernières estimations de l’OCDE qui évoque l’afflux le plus important depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais les 28 considèrent que leur vote, malgré quatre défections (la République tchèque, la Slovaquie, la Roumanie et la Hongrie) et une abstention (la Finlande) enregistrées mardi, apporte la preuve que les États sont capables de faire preuve d’un minimum de solidarité.