Au Chili, les féministes sont en première ligne du combat pour une nouvelle Constitution

Par Yasna Mussa

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Santiago (Chili).– Avant même le mouvement social qui a secoué le Chili pendant des mois depuis octobre 2019 et a conduit au référendum organisé dimanche sur le changement de la Constitution, il y eut un « Mai-68 féministe ». À l’automne 2018, des milliers de femmes ont alors occupé les rues et les lieux d’enseignement pour exiger la fin des violences sexuelles et du système patriarcal présent dans les universités, les écoles et les lycées.