Egypte: l’histoire officielle contre la mémoire

Depuis janvier 2011, le calendrier des Égyptiens est ponctué de commémorations dédiées aux « martyrs de la révolution » ou à la gloire du soulèvement du 25 janvier. Ainsi, les hommages se suivent et font à chaque fois de nouveaux morts et blessés. L’armée, Mohamed Morsi, puis à nouveau l’armée s’emploient à réécrire l’Histoire, pour effacer le passé et mieux s’imposer dans le présent.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« Ces hommes qui arrêtent et torturent encore aujourd’hui construisent un monument en hommage aux personnes qu’ils ont tuées ? » Cette question, c’est Ahmed Harara qui l’a posée. Ce dentiste de 33 ans est un héros en Égypte. Il a perdu un œil lors du soulèvement contre Hosni Moubarak en janvier 2011, puis le second durant la bataille de la rue Mohamed Mahmoud qui commença le 19 novembre 2011 et dura près d’une semaine. Hosni Moubarak évincé le 11 février 2011, le pouvoir est immédiatement transmis à l’armée. Mohamed Hussein Tantawi, ministre de la défense de Moubarak entre 1991 et 2011 prend la tête du pays avec le Conseil suprême des forces armées (CSFA). Neuf mois plus tard, une seconde séquence de la révolution éclate au Caire dans la rue Mohamed Mahmoud, attenante à la place Tahrir. Avec environ 47 morts et des centaines de blessés sur plusieurs jours, ce sera la plus violente répression depuis la chute de Moubarak. Tantawi devient le nouvel ennemi des révolutionnaires. Deux ans plus tard, l’armée destitue Mohamed Morsi et se retrouve de nouveau officiellement aux commandes du pays. Aveugle, Harara continue à se mobiliser au nom de la liberté, mot inscrit sur la lentille de contact qu’il porte. Tantawi n’a jamais été jugé. Morsi l’a mis à la retraite, décoré et lui a offert la place de conseiller présidentiel, tout comme à Sami Annan, chef d’état-major de l’armée et numéro deux du CSFA, qui reconnaît aujourd’hui des « erreurs » mais refuse que l’armée soit seule à rendre des comptes.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Écologie
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Entreprises — Enquête
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Exécutif — Parti pris
par Ellen Salvi
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Migrations — Enquête
L’accueil toujours « décousu » des réfugiés ukrainiens en France
Plus de 30 000 personnes auraient trouvé refuge en France depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, en février. Si le gouvernement a assuré que tous les moyens seraient mis en œuvre pour les accueillir, la désorganisation persiste, regrettent les acteurs de terrain.
par Nejma Brahim et Floriane Alaoui
Attention inflation !
L’économie française sous la menace de la hausse des prix
La croissance a stagné au premier trimestre et ne devrait pas faire beaucoup mieux au deuxième. La compression des revenus réels et l’indifférence quasi complète du gouvernement conduisent à une situation des plus préoccupantes. Toute l’économie se recroqueville.
par Romaric Godin
Politique
Sortants, conseillers et parachutés : la « réinvention » macroniste ne passera pas par l’Assemblée
Emmanuel Macron a réuni mardi les candidats de son camp aux élections législatives. La future majorité qu’il espère obtenir s’annonce macroniste jusqu’au bout des ongles. Le chef de l’État a fait confiance aux députés, conseillers et ministres de son premier quinquennat, balayant les espoirs d’élargissement et de renouvellement dans ses rangs.
par Ilyes Ramdani
Justice — Reportage
Au procès de la députée Sira Sylla : « Le collaborateur s’occupait aussi des livraisons de champagne »
La députée de Seine-Maritime Sira Sylla a été une nouvelle fois jugée aux prud’hommes pour répondre de faits de harcèlement sur un collaborateur, qui devait notamment garder son chien et lui acheter cigarettes et champagne. L’élue n’était pas présente à l’audience, étant en campagne pour sa réélection, avec le soutien de la majorité.
par Antton Rouget

Nos émissions