Toujours pas d'accord budgétaire aux USA, où le "shutdown" se poursuit

Par
L'impasse budgétaire s'est prolongée dimanche aux Etats-Unis, où le secrétaire général et directeur des services budgétaires de la Maison blanche, Mick Mulvaney, estime que le blocage partiel de l'administration fédérale pourrait se poursuivre jusqu'au 3 janvier.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

WASHINGTON (Reuters) - L'impasse budgétaire s'est prolongée dimanche aux Etats-Unis, où le secrétaire général et directeur des services budgétaires de la Maison blanche, Mick Mulvaney, estime que le blocage partiel de l'administration fédérale pourrait se poursuivre jusqu'au 3 janvier.

Ce "shutdown" découle de l'incapacité de Donald Trump et du Congrès à s'entendre sur une loi de finance du fait des sommes exigées par le président américain pour construire un mur à la frontière avec le Mexique.

Le Sénat a ajourné ses travaux samedi, avec reprise prévue le 27 décembre.

Le chef de la majorité républicaine à la chambre haute du Congrès, Mitch McConnell, a esquissé la possibilité d'une convocation du Sénat à tout moment en cas d'accord, mais étant donné la difficulté d'organiser des votes au Congrès pendant la période de Noël, une résolution rapide de la situation paraît peu probable.

"Il est tout à fait possible que ce 'shutdown' se poursuive au-delà du 28 décembre et jusqu'à l'inauguration du nouveau Congrès (ndlr, le 3 janvier)", a déclaré Mick Mulvaney, invité dimanche sur Fox News. "Je ne pense pas que les choses évolueront très rapidement dans les prochains jours", a-t-il expliqué.

Mulvaney, qui cumule les fonctions de secrétaire général par intérim de la Maison blanche et de directeur de l'Office of Management and Budget (OMB), le service budgétaire de la présidence, a précisé que la Maison blanche avait présenté une contre-proposition aux démocrates lors des discussions qui ont eu lieu ce week-end.

Selon la chaîne ABC, Trump, qui exigeait 5 milliards de dollars pour son mur, pourrait transiger à 2,1 milliards. Les démocrates, qui seront majoritaires dans la future Chambre des représentants, ne veulent pas aller au-delà de 1,3 milliard.

TROISIÈME BLOCAGE DE L'ANNÉE

Le financement d'un quart environ des programmes fédéraux - y compris les départements de la Sécurité intérieure, de la Justice et de l'Agriculture - a expiré vendredi à minuit (samedi à 05h00 GMT).

Conséquence, plus de 400.000 employés fédéraux dont le travail est jugé essentiel continuent de travailler, mais avec un salaire qui sera différé. Les 380.000 autres sont en revanche au chômage technique.

Donald Trump a annulé ses vacances de Noël, qu'il passera à Washington.

Sur son fil Twitter, il a réaffirmé dimanche l'importance de sa politique de renforcement de la sécurité aux frontières, ajoutant que la construction d'un mur ou d'une barrière était "la seule manière" de combattre les trafics de drogue et d'êtres humains et de s'opposer aux gangs criminels.

L'impasse actuelle s'est dessinée lorsque Trump a refusé de promulguer un texte bipartisan adopté mercredi dernier mais qui ne prévoyait pas les fonds qu'il réclame pour le mur.

C'est la troisième fois cette année que les Etats-Unis se retrouvent en situation de "shutdown", toujours pour des questions liées à la politique de l'immigration.

Le premier blocage, en janvier, avait duré un peu plus d'un week-end; le deuxième, en février, avait été réglé en quelques heures.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale